• Pierre VasiliuNé le 23 octobre 1937 à Villecresne (Val-de-Marne), Pierre Vassiliu, fils d'un médecin d'origine roumaine et d'une mère française, devient à 15 ans apprenti jockey.

    Ce sont Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, à qui il donne des cours d'équitation, qui l'encouragent à devenir compositeur.

    Plus tard, alors qu'il est au service photographique de l'armée durant la Guerre d'Algérie, Pierre Vassiliu passe en conseil de discipline après avoir diffusé par haut-parleur l'une de ses premières chansons "La demande de permission", au texte antimilitariste.

    De retour à la vie civile, il passe par le Petit Conservatoire de Mireille et se produit dans des cabarets, notamment "L'Écluse". Son premier disque, "Armand" (1962) s'écoule à 150 000 exemplaires. Pierre va faire la première partie des Beatles à l'Olympia puis partir en tournée avec Claude François et Sylvie Vartan. Il connait des succès avec "Alice" ou "La Famille Tuyau de Poële".

    Mais la consécration vient en 1973 avec "Qui c'est celui-là ?", adaptation d'une chanson de Chico Buarque : 300 000 disques vendus en seulement 4 mois. Il confirme l'essai avec "J'ai trouvé un journal dans le hall de l'aéroport".

    Suivront des chansons aux sonorités du monde entier ou des balades comme "Ma maison d'amour" et "Amour amitié", ainsi que des chansons égrillardes comme "En vadrouille à Montpellier".

    Dans les années 70, vivant dans le Sud de la France, il ouvre une salle de concert à Apt, "L'Usine", où les artistes touchent un pourcentage des recettes. Il compose aussi pour divers chanteurs et s'essaie au cinéma : après avoir écrit la musique du film de Lelouch Une fille et des fusils (1964), il joue dans La Saignée (71) de Claude Mulot, What a flash ! (72) de Jean-Michel Barjol. Plus tard, il sera au casting de Périgord Noir (89) de Nicolas Ribowski.

    Il sera aussi la voix française du coq Adam de la Halle dans le Robin des Bois des studios Disney en 1974.

    En 1984, Pierre Vassiliu s'installe au Sénégal avec sa famille et ouvre une boite de jazz. Trois ans plus tard, il rentre en France complètement ruiné. C'est son ami Coluche qui l'héberge le temps qu'il retrouve le succès avec le titre "Toucouleur" tiré de l'album "L'amour qui passe".

    Le chanteur repart en tournée, édite d'autres albums : "La vie ça va" (1993), "Parler aux anges" (1999), "Pierre précieuses" (2003). En 2008, il participe à la troisième édition du récital "Âge tendre, le retour des idoles". Sa dernière prestation scénique date de 2011, lorsqu'il accompagne Armand Fleurent-Didier.

    Dans les années 90, il fonde avec des amis un festival de musique à Mèze où il vit avec son épouse.

    Pierre Vassiliu se voit diagnostiquer la maladie de Parkinson en 2006 ; il décède le 17 août 2014 dans un établissement médicalisé de Sète. Il avait 77 ans.

     

    Mes chansons préférées :

    Ivanohé (1965)

    Dans ma maison d'amour (1971)

    Qui c'est celui-là ? (1973)

    J'ai trouvé un journal dans le hall de l'aéroport (1973)

    La Baie d'Along (1989)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Jean-Michel CaradecJean-Michel Caradec est un auteur-compositeur-interprète né le 20 septembre 1946 à Morlaix (Finistète).

    Il signe un contrat en 1969 avec Polydore et enregistre quelques 45T avant de rencontrer le succès avec "Ma Petite Fille de Rêve" en 1974.

    Deux ans plus tard, il assure la première partie de son ami Maxime le Forsestier, Georges Brassens ou Serge Lama. En 1978, il fait partie de la comédie musicale Le Rêve de Mai, réalisé à l'occasion des 10 ans de Mai-68 et y côtoie Nicoles Rieu, Nicolas Peyrac et Didier Marouani.

    Jean-Michel Caradec écrit et compose pour Marie Laforêt, Roger Mason et Francesca Solleville entre autres. il aide l'auteur-compositeur Didier Barbelivien à ses débuts, et celui-ci lui dédiera une chanson, "Caradec", et reprendra "Au château des Alouettes" en 1982.

    Le 29 juillet 1981, il roule sur l'autoroute A10 lorsque sa voiture s'encastre dans un camion. Transporté à l'hôpital de Rambouillet, il y décède dans la soirée. Beaucoup de chanteurs lui ont rendu hommage, parmi eux Michèle Torr qui a repris "Île" sur son album "Midnight Blue en Irlande" (1983). En 2005, un CD est enregistré en public : "Jean Michel Caradec est chanté" en est le titre. Y participent Louis Capart, Yvon Étienne, Anne Vanderlowe et Claude Besson, des chanteurs bretons.

    En 2010, Nolwenn Leroy reprend "Ma Bretagne quant elle pleut" sur son album "Bretonne".

    Mes chansons préférées :

    - Ma Bretagne quant elle pleut

    - Ma Petite Fille de Rêve

    - La Colline aux Coralines

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Boby LapointeRobert Jean-François Joseph Pascal Lapointe, dit Boby Lapointe, est né le 16 avril 1922 à Pézenas dans l'Hérault.

    Développant très tôt un caractère fantasque et farceur, rêvant de voler, excellent en sciences, il va passer son bac et préparer le concours d'entrée à deux grandes écoles : Centrale et Supaéro afin d'entrer dans l'aviation. Mais à 20 ans, il est envoyé au STO en Autriche. Il s'en évade et réussit à rejoindre sa région natale au bout de sept mois.

    Seulement, il doit échapper aux recherches dont il est l'objet par les autorité allemandes et la Milice. Il cumule les petits boulots, dont scaphandrier dans le port de la Ciotat à Marseille.

    C'est à la même époque qu'il commence à écrire des poèmes et des chansons pour lesquelles il cherche des interprètes. Mais ses textes, remplis de jeux de mots et de calembours, rebutent les chanteurs qu'il contacte.

    En 1946, il se marie et devient père de deux enfants. Avec sa famille, il s'installe à Paris où il ouvre une boutique de layettes qui fait rapidement faillite.

    Boby Lapointe divorce et devient installateur d'antennes de télévision, tout en continuant d'écrire ses chansons. Il se lie d'amitié avec Étienne Lorin, accordéoniste de Bourvil, qui va proposer au célèbre comique et à Gilles Grangier de choisir une chanson de Lapointe, "Aragon et Castille", pour le film Poisson d'avril en 1956. Ni le film ni la chanson ne connaissent le succès.

    Entre temps, Boby Lapointe devient chanteur au cabaret parisien Le Cheval d'Or. c'est là que François Truffaut le découvre et lui fait jouer le chanteur dans Tirez sur le pianiste au côté de Charles Aznavour. Sur le tournage, il rencontre Philippe Weil qui l'engage dans son cabaret des 3 Baudets. Il y enregistre ses premiers disques avec notamment "Marcelle", "Bobo Léon" et "Aragon et Castille" qui connaissent le succès.

    Boby Lapointe poursuit son bonhomme de chemin, apparaissant à la télévision dans l'émission Les Raisins verts de Jean-Christophe Averty où il interprète par exemple "Si j'avais un marteau" en brandissant une faucille... Tout l'humour décalé du personnage !

    Dans les années 60, il enchaine les tournées et les récitals et ouvre un café-concert, le Cadran Bleu. Hélas, l'établissement fait rapidement faillite et c'est son ami Georges Brassens qui lui vient en aide en épongeant une partie de ses dettes et en lui trouvant des engagements, tandis que Lucien Morisse, directeur des programmes d'Europe 1, lui signe un contrat.

    Mais les années 60, c'est aussi l'époque des "Yé-yé", et le style de Boby Lapointe devient obsolète. Il se tourne alors vers le cinéma, apparaissant dans des films de Claude Sautet (Les Choses de la vie, Max et les ferailleurs), Marcel Carné (Les Assassins de l'ordre) ou Pierre Granier-Deferre (La Veuve Couderc). Un autre de ses amis, Joe Dassin, produit son disque "Comprend qui peut"

    Notre chanteur est toujours attiré par les sciences et les mathématiques, et il invente en 1968 le "système bibi-binaire", un protocole de numération préfigurant le système informatique.

    Boby Lapointe, mathématitien, chanteur comique, roi du calembour et acteur, s'éteint le 29 juin 1972 à Pézenas d'un cancer du pancréas, à seulement 50 ans. Une perte irrémédiable dans tous les domaines qu'il a marqué de son empreinte.

    Mes chansons préférées :

    - Ta Katie t'as quitté

    - Aragon et Castille

    - Framboise

    - Comprend qui peut     

    - Le tube de toilette

    - La maman des poissons

    - La peinture à l'huile

    - Andréa, c'est toi

     Comme je ne connais pas toutes ses chansons (je suis en train d'en découvrir sur Youtube), j'investirais bientôt dans une compilation...

    Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Graeme AllwrightFaire des recherches sur les chanteurs qu'on aime réserve parfois des surprises.

    Ainsi, j'ai appris non seulement à bien écrire le nom de Graeme Allwright, mais également que ce chanteur de folk était né en Nouvelle-Zelande, plus exactement à Wellington, le 7 novembre 1926.

    Après avoir été acteur au Old Vic Theatre à Londres, Graeme s'installe à Paris en 1948.

    Il fait divers métiers, d'apiculteur à animateur pour enfants dans les hopitaux, en passant par professeur d'Anglais et de théâtre. Ce sont ses amis, a qui il chantait souvent des chansons de Bob Dylan ou Leonard Cohen, qui l'encouragent à tenter sa chance dans le métier, et c'est Mouloudji qu le pousse à enregistrer son premier album, "Le Trimardeur" (1965) qui n'aura qu'un succès confidentiel.

    Mais Graeme Allwright va très vite trouver son public, en adaptant les chansons de Cohen, Dylan, et d'autes folk singers comme Tom Paxton (Sacrée Bouteille), Pete Seeger (Jusqu'à la ceinture) ou Malvina Reynolds (Petites boîtes).

    Il a également adapté en anglais des chansons de Georges Brassens.

    Politiquement engagé en faveur de la paix, le chanteur connaitra les affres de la censure lorsqu'il soutiendra les opposants aux projet de camp militaire du Larzac. Il est également pour le changement des paroles de la "Marseillaise", qu'il juge trop guerrières.

    Dans les années 70, ses chansons connaissent un grand succès, et Graeme, qui craint la pression du "show-business", décide de partir à l'étranger. C'est ainsi qu'il parcours l'Hymalaya, qu'il participe à la création d'un village utopique en Inde, et qu'il découvre l'île de la Réunion où il vivra pendant un an et demi.

    Bourlingueur et chanteur, Graeme Allwright est un peu oublié aujourd'hui, mais il se produit toujours dans des concerts qui, s'ils ne bénéfécient pas de publicité forcenée, attirent ses plus fidèles auditeurs.

    Mes chansons préférées :

    Billy Boy

    Qui a tué Davy Moore ?

    Suzanne

    De passage

    Petit garçon 

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique