• True Grit

    True GritMattie Ross auait pû rester gérer les comptes de la ferme familiale dans l'Arkansas, et laisser la justice se charger de Tom Chaney, qui vient de tuer son père à Fort Smith en ce triste jour de novembre, avant de prendre la fuite avec le cheval et deux dollars en or appartenant au défunt.

    Mais Mattie n'a rien de Laura Ingalls. Ayant appris que Chaney a rejoint la bande de Ned Pepper dit "Le Veinard", elle embauche un marshall, Reuben "Rooster" Cogburn, pour capturer le  meurtrier. Un Texas Ranger, LaBoeuf, se joint à eux dans la chasse à l'homme, car il doit ramener le fuyard au Texas où il avait précédemment tué un sénateur.

    Les deux hommes et la jeune fille de quatorze ans se lancent alors à la poursuite de la bande de Pepper, dans une "chasse au raton laveur" qui changera le destin de Mattie...

    True Grit de Charles Portis est un roman facile à lire mais anodin (à moins que la traduction ne soit mauvaise) : Mattie est souvent assommante avec ses sentences bibliques et sa rigidité de passe-lacet. A côté, Rooster représente un pan du passé de l'Amérique : l'action se déroule en 1870, quelques années seulement après la Guerre de Sécession, à laquelle notre marshall avait participé aux côtés du charmant Quantrill.

    Nous assistons là à la fin d'une ère, et le livre s'achève sur un sentiment un peu amère à la vision des derniers survivants de la bande de Jessie James réduit à se produire dans un cirque de seconde zone. Mattie est devenue femme d'affaires et n'a visiblement pas   changé ; elle tourne le dos sans regret sur la fin de l'Ouest sauvage, et affronte sans sourciller ce 20ème Siècle débutant, non sans offrir un dernier hommage à Rooster Cogburn.

    Au fil de la lecture, je ne pouvais m'empêcher de revoir les scènes du film d'Hathaway 100 Dollars pour un sherif, et à chaque fois que je lisais les noms de Mattie ou Rooster, le minois de Kim Darby ou la trogne de John Wayne apparaissaient devant mes yeux. Ce n'est pas vraiment gênant en soit, mais ça empêche d'avoir sa propre vision de ces personnages. Ceci dit, on a ainsi l'impression de retrouver de vieux amis, et cela compense.

    TRUE GRIT, de Charles Portis, éditions Le Serpent à Plumes.

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :