• Village People

    J'avais 9 ans quand j'ai vu pour la première fois à la télévision ces drôles de bonshommes habillés en cow boy, indien ou ouvrier de chantier. J'ai tout de suite aimé et je peux dire maintenant que Village People fût mon premier "coup de coeur" musical. Ce n'est que bien plus tard que j'ai réalisé ce que ce groupe représentait pour la communauté homosexuelle.

    Village People

     

    Mais même encore maintenant, je m'en fout royalement. Mais parlons d'eux, justement :

    En ces années 70, les français Jacques Morali, auteur-compositeur-interprète et son associé Henri Belolo sont aux États-Unis où ils travaillent sur la musique à la mode, le "disco". Alors qu'ils se trouvent dans une boite de nuit de Greenwitch Village, ils assistent à un spectacle étonnant : un cow boy sert au bar et un indien se démène sur la piste de danse. Dans l'esprit des deux "frenchies", une idée commence à germer : Et s'ils créaient un groupe composé des archétypes du "mâle américain" ?

    Le Cow boy s'appelle Randy Jones, l'Indien Felipe Rose. Ils seront les premiers membres du groupe, auquel Morali et Belolo donneront le nom de Village People, en référence au surnom de Grennwich Village. Ce quartier de New York est déjà connu pour sa communauté homosexuelle, qui va très vite apprécier ce "boys band" avant la lettre.

    Mais bien sûr, le reste du monde ne résistera pas, et les tubes vont se succéder : "YMCA", "Go West", "Macho Man", "San Francisco"... La marine américaine va même permettre aux Village People d'enregistrer le clip de leur chanson "In the Navy" sur un destroyer, déclenchant un scandale (certains journalistes s'offusquant de l'utilisation de l'argent public), mais cela va "booster" la popularité du groupe.

    Celui ci se compose de six membres, chanteurs et danseurs : un cow boy et un indien, un motard de la police, un soldat, un ouvrier du bâtiment et un motard tendance "cuir". Chacun représente, comme je l'ai dit, un type de "mâle" américain, mais également un "phantasme" homosexuel. Les Village People jouent en effet sur les deux tableaux, séduisant autant la ménagère que le gay.

    Au fil du temps, le groupe originel va évoluer, certains vont quitter l'aventure et être remplacés : ainsi, il y aura trois policiers, deux cow boys et trois motards. Contrairement à ce que beaucoup pensent, tous les membres des Village People n'étaient pas gays. Victor Willis (le premier policier) fut marié deux fois.

    En 1980, alors que le disco est moribond, les Village People sont les vedettes d'un film, Can't stop the Music, qui fera un "flop". Les producteurs vont alors chercher à réorienter le groupe, en leur proposant de chanter du "punk" avec des maquillages outranciers ! Inutile de dire que cette nouvelle version va être un échec et très vite les Village People vont revenir à leur forme originale.

    Après un dernier album en 1985, ils semblent avoir disparus, mais ils continuent de sillonner l'Amérique en se produisant dans des récitals et des shows qui font revivre ces drôles d'années disco...

    Composition du groupe :

    Le policier : Victor Willis, Ray Simpson et Pablo Vidal

    L'indien : Felipe Rose

    Le soldat : Alex Briley

    Le cow boy : Randy Jones, puis Jeff Olson

    L'ouvrier du bâtiment : David Hodo

    Le "cuir" puis le motard : Glenn Hughes, Eric Amzalone et  Chris K.

     

    Mes chansons préférées : 

    In The Navy

    Can't stop the music

    Macho Man

    Go West

    Y.M.C.A.

     

     

     

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :