• Adieu, Ray Thomas.Né le 29 décembre 1941 à Stourport-on-Severn (Angleterre), Ray Thomas s'associe en 1964 avec Mike Pinder et Graeme Edge pour fonder le groupe de rock alternatif Moody Blues.

    Chanteur, compositeur, il jouait aussi de la flûte, de l'harmonica, du saxo et du hautbois. Le "tube" le plus connu du combo est "Night in White Satin" (1968) qui sera même évoqué dans la chanson "C'est extra" de Léo Ferré.

    Dans les années 70, il enregistrera deux albums solo, "From Mighty Oaks" (75) et "Hopes Wishes and Dreams" (76).

    En 2002, il quitte les "Moody Blues", épuisé par des maladies dont il parle librement sur son site internet "Ray Thomas.com".

    C'est aussi sur ce blog qu'il annonce en 2014 qu'il souffre d'un cancer de la prostate.

    Ray Thomas est décédé chez lui, dans le Surrey, à l'âge de 76 ans.

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Adieu France Gall.France Gall vient de nous quitter des suites d'un cancer à l'âge de 70 ans.

    Née Isabelle Gall, fille de Robert Gall qui composa des chansons pour Édith Piaf et Charles Aznavour, elle débute dans la chanson à 15 ans, enregistre des tubes comme "Ne soit pas si bête", "Sacré Charlemagne" ou "Laisse tomber les filles" et devient une des égéries de la mode "Yé-yé".

    Sa rencontre professionnelle avec Serge Gainsbourg donnera entre autre "Attends ou va-t'en", "Nous ne sommes pas des anges", mais surtout "Poupée de cire, poupée de son" qui gagnera le Concours de l'Eurovision en 1965 et "Les Sucettes", titre qui fera scandale.

    Après avoir vécu une idylle avec Claude François, puis Julien Clerc, la chanteuse rencontre Michel Berger au début des années 70. Après lui avoir écrit "La Déclaration", il l'épouse en 1976. Le couple aura deux enfants, Pauline et Raphaël.

    Les années 70 et 80 seront fastes : de "Il jouait du piano debout" à "Évidement" (chanson en hommage à leur ami Daniel Balavoine), le couple va régulièrement placer des tubes dans les hits-parades.

    Mais Michel Berger décède brusquement d'une crise cardiaque le 2 août 1992. France Gall va s'éloigner du milieu de la chanson, et, après la mort de sa fille Pauline en 1997, elle quitte la France pour s'installer au Sénégal où, avec Michel, elle participait à des actions humanitaires.

    Le 27 décembre 2017, alors qu'elle souffre d'un cancer, elle est admise en soins intensifs à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine où elle décède le 7 janvier 2018.

    En ce qui me concerne France Gall est liée à un souvenir tendre de mon adolescence : mon premier petit ami  était un grand fan, et mon premier baiser se fit sur l'une de ses chansons. J'ai donc une tristesse particulière à l'annonce de son décès...

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Adieu Fats DominoNé Antoine Dominique Domino Jr dans une famille d'origine créole de la Nouvelle-Orléans, Fats Domino est attiré très tôt par la musique, dont il apprend les bases avec son beau-frère Harrison Vernett,  joueur de banjo dans des formations de jazz.

    Dès l'âge de 14 ans, il écume les boites de nuit autour de sa ville natale, attirant de plus en plus de fans grâce à son génie du rythme. Parmi ses plus grands succès, on compte "Ain't That A Shame" et l'inégalable "Blueberry Hill".

    Pour l'anecdote, il fut l'un des premiers musiciens noirs que les blancs venaient voir dans les boites de nuit réservées aux gens de couleurs, contribuant ainsi à la propagation du Rythm'N'Blues.

    Génie de la musique, on le compte parmi les inventeurs du Rock'N'Roll qui inspirèrent un jeune chanteur de Tupelo : Elvis Presley.

    Fats Domino est décédé le 24 octobre dernier à l'âge de 89 ans.

    R.I.P.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Voici le titre d'un article du site Internet de "20 Minutes". Sans commentaire...

    Le journalisme d'aujourd'hui...

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Adieu, Gérard PalapratJe ne le connais que pour deux "tubes" : l'auteur-compositeur-interprète Gérard Palaprat vient de nous quitter, victime d'un cancer à l'âge de 67 ans.

    Il étudie très tôt le chant, la danse, la musique et la comédie, entre au "Petit Conservatoire" de Mireille, joue dans Trans-Europ-Express (67) d'Alain Robbe-Grillet et manque de faire partie du casting du film Hibernatus (69) d'Édouard Molinaro, son départ sous les drapeaux entraine la disparition pure et simple de son rôle.

    Il travaille ensuite à l'ORTF comme figurant dans des "dramatiques", fait partie de la troupe de la comédie musicale Hair au théâtre de la Porte-Saint-Martin, puis devient chanteur avec à son actif deux "tubes" sortis en 1971 : "Fais-moi un signe" et "Pour la fin du monde", ancrés dans leur époque "Baba-cool".

    En 2010, il participe à la tournée "Âge tendre et têtes de bois".

    Gérard Palaprat a hélas écorné son image "Baba Cool" en étant condamné en 2014 pour "coups et blessures" à l'encontre de son épouse.

    Adieu, Gérard Palaprat

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires