• La politique et moi...

    Il y a quelques temps, des discussions très intéressantes avec Kinskiklaus au sujet de la politique avaient eu lieu sur Anachronic Blog. Comme celui-ci est dédié au cinéma, je me suis dit que je devrais en dire plus de mes opinions, mais sur Tant que mon coeur bat, qui est plus approprié pour cela.

    Pendant longtemps, les discussions -parfois passionnées - qui se déroulaient lors des repas familiaux ne m'intéressaient guère. Je me souviens que l'éclosion de mes opinions politiques est arrivée avec le changement de climat Est-Ouest : la "Glasnosk", la "Perestroïka", tout ça me plaisait énormément : enfin la "Guerre Froide" se terminait ! Plus tard, j'ai ressentis le même plaisir lors des "Accords de Camp-David" : rappelez-vous la poignée de main entre Israk Rabin et Yasser Arafat. Moi, j'ai suivi cela avec le coeur gonflé d'émotion et - presque - les larmes aux yeux...

    Et puis, je me suis rendue compte de plein de petites choses, comme la montée des extrémismes et du communautarisme, qui étaient jusque là bridés par la tension Est-Ouest. Sadate et Rabin furent assassinés ; en France, le socialisme au pouvoir a permis la montée de l'extrême droite simplement parce qu'il n'a pas su (ou pas voulu ?) régler les vrais problèmes des français.

    Les années passant, les gouvernements successifs ont montré leur mépris pour le peuple mais leur grande attirance pour les "magouilles". Quant à la belle et grande idée de "l'Union Européenne", elle s'est muée en "usine à gaz" pensée et créée par et pour les banques, les multinationales et les lobys.

    J'ai été tentée par l'écologie, aussi, mais fort heureusement, j'ai vite compris qu'il ne s'agissait là que d'une "marotte politique", juste pour nous faire croire que les gouvernements font quelque chose. À mes yeux, les seuls et vrais écolo sont les peuples dit "premiers", qui du fond de la jungle, du bush ou sur les banquises souffrent des exactions des industries.

    Aujourd'hui, après bien des désillusions, je me suis convertie à cette pure et simple constatation : "tous pourris". Et mon côté misanthrope n'arrange rien ! Je broie souvent des idées noires, je me dis qu'en fait, les français, cons comme ils sont, ont toujours mérité les gouvernements de nantis, de pourris, de fachos, de mous du genoux ou d'escrocs qui se sont succédé au sommet du pouvoir. Et j'étends cette considération à tous les peuples du monde, tant que j'y suis !

    Bref, mon éveil à la politique fut lent et naïf avant de sombrer dans le cynisme et le désintérêt. J'ai développé pour le sujet un dégoût total, et, même si parfois j'espère une révolution pour changer les choses, je sais au fond de moi que cela ne changera rien.

    Après avoir boudé les urnes durant de longues années, je me suis réinscrite sur les listes électorales pour les présidentielles de cette année. Je ne voulais pas avoir à regretter de n'avoir pas fait ce qu'il fallait si le pire était arrivé. Mais il m'a été difficile de savoir pour qui voter. J'ai fait mon choix, mais je n'étais pas convaincue pour autant.

    Ainsi, après avoir fait le tour de mes convictions politiques depuis ma jeunesse, et après avoir vu défiler les gouvernements depuis toutes ces années, j'en ai déduit la seule et unique conclusion qui s'impose à mois : en fin de compte, je dirais de moi que je suis "apolitique". Et je continue donc à m'ennuyer lors des discussions familiales...

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :