• Adieu, Martin Gray

    Son premier livre, "Au nom de tous les miens", que j'ai lu à l'adolescence, m'avait émue à l'époque. Martin Gray vient de disparaitre à l'âge de 94 ans.

    Adieu, Martin Gray

    Né Mieczyslaw Grayewski, rescapé du camp de concentration de Treblinka et du ghetto de Varsovie, Martin Grey part à New York après la guerre.

    Quelques années plus tard, il s'installe avec sa femme Dina et ses enfants à Tanneron, près de Mandelieu dans le sud-ouest de la France.

    En 1970, Dina et les quatre enfant meurent lors de l'incendie de la propriété. Martin, dévasté, pense un temps au suicide mais l'écriture sera pour lui une thérapie : avec l'aide de Max Galo, il rédige ses mémoires, "Au nom de tous les miens", qui deviendra un best-sellers mais fera polémique (certains événements relatifs à Treblinka seraient sujets à caution).

    Toujours est-il que Martin Gray continuera d'écrire : "Les forces de la vie" (1975), "J'écris pour les hommes de demain" (1983), "Vivre debout" (1993), "Au nom de tous les hommes" (2004)...

    Il se mariera deux fois encore et aura cinq enfants.

    Il s'installe en Belgique (d'abord à Uccle puis à Ciney) dans les années 2000.

    Martin Gray est mort dans la nuit de dimanche 24 à lundi 25 avril 2016.

     

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Daniel
    Samedi 30 Avril 2016 à 13:51

    Belle autobiographie ou autobiographie romancée selon les avis , en tous cas un homme poursuivi durant la majeure partie de sa vie par la tragédie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :